La réconciliation

La célébration de la réconciliation dans notre paroisse
Le Jeudi-Saint est un des moments forts de l’année liturgique. Dans nos paroisses, la célébration de cette eucharistie est suivie d’un temps d’adoration jusqu’à minuit, moment privilégié, où il est possible de rencontrer un prêtre individuellement et recevoir le sacrement de réconciliation.
Des moments particuliers pour recevoir ce sacrement sont également prévus à l’occasion de toutes les grandes fêtes de l’année ; le prêtre se tient également à la disposition des fidèles avant ou après chaque messe.
La réconciliation est sans doute une des caractéristiques fondamentales des chrétiens. Se réconcilier est en effet à la fois un commandement et un mouvement qui doit venir du cœur. Cette “libre contrainte” n’est vivable que si elle est comprise comme une manière d’entrer dans un mouvement d’amour qui nous dépasse car il vient de Dieu même. C’est pourquoi la réconciliation fait l’objet d’un sacrement, c’est à dire d’un don particulier de Dieu ; elle n’est pas un dû !
 reconciliation2

Le sacrement de réconciliation

 Reconciliation
“Célébrer le sacrement de la réconciliation signifie être enveloppés par une étreinte chaleureuse : c’est l’étreinte de la miséricorde infinie du Père.” Pape François.
Chaque fois que nous nous confessons, Dieu nous embrasse, Dieu fait la fête ! Allons de l’avant sur cette route.

Le “retournement” du sacrement vers Dieu

 Avec le Concile, le sacrement de réconciliation a pris un coup de jeune et a été heureusement débarrassé de ce qu’il avait de trop narcissique : beaucoup de chrétiens l’ignorent encore, marqués par des décennies d’une approche d’un autre type !
Il s’agit bien de me détourner de soi-même, et de se tourner vers Dieu, contempler le Christ, réellement présent dans sa Parole (la bible pour les chrétiens), offert, dans un amour donné sans retour… Il vient ici et maintenant à notre rencontre pour refaire alliance et réaliser sa promesse : « Je te fiancerai à moi pour toujours, je te fiancerai à moi par la justice et le droit, l’amour et la tendresse. Je te fiancerai à moi par la fidélité et tu connaîtras le Seigneur. » Osée 2 21–22.

L’importance redonnée à la Parole de Dieu

Lectionnaire
De fait, il faut prendre le temps d’intérioriser la Parole (texte proposé ou que je choisis) Contempler le Christ, la Vierge, les apôtres, les disciples, etc…Regarder leurs liens, leurs rencontres, leurs réactions, leurs regards mutuels, leurs retournements…Accueillir le face-à-face, le « Donné », Celui qui remet debout, …
Le plus important n’est-il pas de se laisser aimer par cet amour tel qu’Il vient à moi dans cette Parole-ci …
A cette lumière, des ombres vont immanquablement apparaître ! Il faudra alors laisser le Christ me modeler à son image, à son humanité, laisser l’Esprit du Ressuscité me remettre debout, éclairer mes chemins de traverse, me mener à sa Pâque… Laisser le Père être Père dans ma Vie…
Action de grâces et détournement de soi sont garantis !